L’immobilier va mieux : comment en profiter

BTP, artisan de la construction, architectes, déménageurs, entreprises de stockage, etc : Quand le bâtiment va… Avec 80% des employeurs dans l’immobilier qui déclarent vouloir recruter en 2017, l’optimisme revient dans les différentes branches concernées. Et elles sont nombreuses dans le secteur.

Quatre clés pour profiter de la reprise

  • Miser sur la rénovation énergétique et ses débouchés, en décrochant le label RGE
  • Améliorer votre visibilité locale : annonces sur Google, inscription dans les pages jaunes, marquage de vos véhicules utilitaires…
  • Recruter au bon moment, pour ne pas risquer la pénurie de professionnels… au mauvais moment : bref, anticiper !
  • Bien examiner les aides au recrutement, avec le calendrier électoral en tête, pour profiter de celles en place – par exemple, jusqu’au 30 juin de cette année, la Prime Embauche PME – et de celles à venir avec la nouvelle mandature.

Avec 2,1 millions d’emplois, concernant 8,2 % de la population active française – dont 1,12 million dans le seul domaine de la construction – le secteur de l’immobilier est un poids lourd de notre économie et représente 10% du PIB national.

Bonne nouvelle, le marché a connu un spectaculaire redressement en France. Le nombre de mises en chantier, notamment, a progressé de 7,7% sur l’exercice – et même de 15,7% sur le segment du logement collectif.

A moyen terme aussi, l’embellie se confirme, puisque les permis de construire accordés en 2016 ont cru de 11,4% (pour un total de 417800 unités).

Et les ventes de logements neufs épousent les mêmes courbes positives, avec une hausse de 18,7% des signatures par exemple au second trimestre de l’année écoulée.

Même dans l’ancien, « la demande a progressé d’environ 10% » a calculé le réseau d’agences immobilières FNAIM (14% chez Laforet).

Des raisons multiples à l’embellie

  • La baisse historique des taux immobiliers : les taux d’intérêt nominaux de crédits immobiliers a touché un plus bas à 1,48 % en moyenne en août 2016.
  • La baisse des prix dans l’immobilier qui avait commencé en 2012, et qui a pu atteindre 10% dans certaines villes voire beaucoup plus sur le marché de la résidence secondaire.
  • Les mesures gouvernementales avec notamment le dispositif Pinel, qui donne la possibilité aux investisseurs de louer à leurs ascendants et à leurs descendants sur des durées modulables (6,9, 12 ans) tout en bénéficiant d’un avantage fiscal.
  • Autre mesure importante, l’élargissement du périmètre des primo-accédants concernés par les prêts à taux zéro.

De nombreuses entreprises, de l’artisan à la PME, vont pouvoir en profiter.

Conséquence logique de la reprise, pour les trois prochaines années, 80% des dirigeants et décideurs du secteur envisagent de recruter contre 58% des entreprises, tous secteurs confondus, en France en 2015.

  • Les effets de la reprise de construction ne sont pas encore visibles dans le génie civil, où le recours à l’intérim, aux contrats courts en général et même aux travailleurs déplacés venus d’autres pays européens, empêche une reprise forte de l’emploi en CDI
  • En revanche, les artisans spécialisés dans le second œuvre, profitent à plein de leur proximité avec les chantiers, notamment dans en régions et en milieu rural.
  • Les agences immobilières annoncent aussi des recrutements massifs pour faire face à l’accroissement des transactions : elles pèsent déjà, avec les syndics de gestion, près de 750 000 postes. Le réseau Orpi a prévu par exemple d’embaucher 1000 collaborateurs de plus. Et les réseaux franchisés, par exemple Guy Hoquet ou Century 21 continuent d’ouvrir de nouvelles agences.
  • Globalement, les métiers de l’ingénierie, de la commercialisation, de l’investissement immobilier et de la promotion immobilière seront dans les années à venir les plus gros recruteurs. Les métiers les plus qualifiés seront par ailleurs globalement les plus demandés.

D’autres professionnels vont connaître de beaux jours

  • Les entreprises de déménagement, qui accompagnent l’essor du nombre de transactions
  • Les entreprises de stockage temporaire (garde-meubles)
  • Les enseignes de bricolage et de vente de matériaux de construction
  • Les autoentrepreneurs spécialisés dans les travaux de finition
  • Les spécialistes des diagnostics (DPE, amiante, acoustique, etc) car les obligations réglementaires augmentent régulièrement
  • Les offices notariaux !

La liste n’est pas exhaustive : et vous, comment comptez-vus profiter de la reprise dans le bâtiment ?

Laisser un commentaire