Startups : une station F pour rencontrer vos futurs clients ?

Depuis 6 mois, la Station F permet aux startups de démarrer l’aventure en plein cœur de Paris. Et facilite une entrée en contact avec de grandes entreprises à la recherche de nouveaux partenaires pour booster leur politique de R&D.

Inauguré fin juin en grande pompe par, notamment, le Président de la République Emmanuel Macron et la Maire de Paris Anne Hidalgo, la Station F représente à ce jour ce qui se fait de mieux en termes d’innovation et d’incubateur pour accueillir des startups. Située dans le 13ème arrondissement, l’ancienne Halle Freyssinet, réhabilitée pour l’occasion par Xavier Niel, emblématique entrepreneur de la Net économie (Free par exemple), est désormais en capacité d’accueillir près de 3000 personnes au quotidien. Un gigantisme qui en fait, selon ses promoteurs, le plus grand incubateur au monde avec 34 000 m2.

Credits Patrick Tourneboeuf

Pour participer à l’aventure et entrer en contact avec de futurs clients ou partenaires, plusieurs possibilités existent.

Trois possibilités pour participer en tant que jeune entrepreneur

Comme dans un espace de co-working classique – et il y en a de nombreux dans Paris, voir carte ici -, l’accès le plus rapide à ce lieu appelé à devenir mythique, consiste à prendre un abonnement de type « fellowship ». D’un montant de 900 euros pour l’année, il vous donne accès à un poste de travail pendant 5 jours par mois, et aux évènements organisés par l’incubateur. Un tarif compétitif quand on le compare aux prix des loyers de bureaux dans Paris et si l’on considère que le startuper est souvent en clientèle… ou travaille depuis son domicile.

– Un peu plus cher, le programme d’accompagnement dit « founder » est proposé à 195 euros par mois et par personne. Il ouvre droit à un poste de travail permanent et au soutien d’experts à la carte, par exemple pour vous aider à rédiger un business plan ou à préparer des présentations auprès de partenaires potentiels. Station F a même prévu, pour les plus désargentés, un statut de « fighter » qui vous donne, après sélection, un accès gratuit à ces prestations.

Credits Patrick Tourneboeuf

– Enfin, un certain nombre d’acteurs de l’économie ont bien compris leur double intérêt – sur le plan de l’image et sur celui de l’innovation – à se positionner rapidement autour de Station F. C’est ainsi que des acteurs du numérique (ventes-privées.com, Ubisoft ou Microsoft), mais également une banque comme la Caisse d’Epargne ou encore le champion du luxe L’Oréal, ont créé des programmes d’accompagnement. Au menu, sélection de candidats, mise à disposition de postes de travail, accompagnement personnalisé, et finalement, pour les meilleurs, projets en codéveloppement. De quoi démarrer du bon pied l’aventure ?

Encadré : L’industrie aussi est bienvenue à Station F

Même si le numérique s’y taille la part du lion, les entrepreneurs en herbe des autres secteurs de l’économie ont également leurs entrées dans le 13ème arrondissement. En particulier dans le domaine industriel. Par exemple, le programme Focus, en partenariat avec le fablab voisin Usine IO, propose un suivi de 6 mois sur des «  thématiques comme l’automobile connectée et autonome, la green tech ou la santé ».

Et fin octobre, l’AMA, un accélérateur de startups créé par l’association des anciens élèves des Arts et Métiers vient lui-aussi de s’installer à Station F, pour aller à la rencontre de projets innovants. Il entend jouer un rôle de détection des initiatives les plus prometteuses dans le domaine du hardware industriel. Un partenariat a même été signé avec le Groupe Caisse d’Epargne pour accompagner financièrement les startups au début de leur parcours.

Laisser un commentaire