Livraison responsable : adapter les usages des TPE

Parce que la planète tire la sonnette d’alarme, les TPE doivent aujourd’hui se poser aussi la question de leur responsabilité environnementale jusque dans leurs procédures de livraison. Voici comment opter pour de nouvelles et bonnes habitudes.

Pour les petites entreprises qui fabriquent ou revendent des produits, la livraison de ces derniers constitue une étape critique de la relation avec leurs clients. Cette étape est très règlementée en France, en matière de droit concernant notamment les délais et les procédures en cas de perte par exemple. Mais elle ne l’est pas du tout du point de vue de la responsabilité environnementale et sociétale (RSE).

Or si la loi n’impose (encore) rien en la matière, les consommateurs sont eux de plus en plus soucieux de l’état de la planète. Leur donner la preuve que vous partagez leurs préoccupations, notamment au niveau des processus de livraison, devient un argument concurrentiel de vente pour votre entreprise.

Concrètement, voici quelques mesures concrètes pour vous engager dans une véritable démarche de livraison responsable

Choisir des emballages biodégradables et les limiter

Tout d’abord, les emballages. La première règle, évidente, est d’éviter à tout prix le plastique, très polluant aussi bien pour sa fabrication qu’au niveau de sa fin de vie. Or celui des emballages constitue l’essentiel de la consommation. A privilégier plutôt : les emballages écologiques (production et destruction) que proposent  de nombreux fournisseurs, dont Embaleo ou Packdiscount, à des tarifs qui restent attractifs.

Cette règle doit s’appliquer aussi pour caler les articles, en remplaçant le très polluant Flo-Pak au profit d’autres matières : carton ondulé, papier de calage, particules de calage biodégradables … Et bien sûr, il faut éviter tout suremballage inutile !

Optimiser les tournées de livraison

Les TPE qui livrent elles-mêmes leurs clients, ont tout intérêt à optimiser leurs tournées. Elles feront d’une pierre deux coups : elles limitent leur empreinte carbone et elles réduisent leurs dépenses. Il existe aujourd’hui des applications, à télécharger sur PC ou téléphone portable, qui ciblent les petites entreprises et réalisent intelligemment cette tâche. Voici trois éditeurs qui en proposent : Mapotempo, Antsroute et Biosolver.

Les TPE qui veulent s’impliquer encore plus dans leur démarche de livraison responsable peuvent aussi s’équiper de véhicules les moins polluants possibles : pourquoi pas, pour leurs clients en centre-ville, des vélos-cargo électriques (Voir encadré) ?

Bien choisir ses sous-traitants livreurs

Les TPE qui ne livrent pas elles-mêmes, doivent bien choisir leurs sous-traitants. Nombreuses sont d’ailleurs les entreprises de livraison qui affichent leur éco-responsabilité pour se démarquer. C’est notamment le cas des Colis Verts à Clermont-Ferrand, avec ses vélos électriques, de Vert Chez Vous, en Région parisienne et dans le Sud-Ouest, ou encore du livreur savoyard de courrier et de petits colis Althus, qui a investi dans une flotte de 8 véhicules électriques.

Et bien sûr, pour une livraison véritablement « responsable », les TPE doivent éviter de confier cette mission aux autoentrepreneurs à vélo. Du moins à ceux qui sont référencés sur des plateformes d’intermédiation. Certes, la démarche est « écolo », mais ceux qui l’exécutent sont alors des travailleurs précaires dont les conditions d’emploi sortent souvent des « clous » du droit du travail : or une livraison responsable doit aussi l’être d’un point de vue sociétal, et vos clients le savent aussi !

Vélo-cargo : une offre florissante, y compris en location par les villes

Avec des produits de 1000 à 5000 euros, triporteurs, biporteurs ou vélos rallongés (longtail), le marché des vélos-cargos électriques pour transporter des marchandises est en plein essor ; Un essor certes très dépendant de celui des pistes cyclables, pour lesquelles villes et régions font des efforts considérables. Ces dernières s’engagent aussi pour soutenir les entreprises dans leur démarche écoresponsable, via des aides et des subventions pour accompagner l’achat des vélos-cargos, s’élevant par exemple à 600 euros à Paris. Certaines, comme Nantes ou Grenoble proposent même ces derniers à la location.

Laisser un commentaire