Adblue : Tout n’est pas rose !

Les réglementations sans cesse plus exigeantes sur les niveaux d’émission des véhicules en général, et des véhicules diesel en particulier, ont imposé de fait aux constructeurs de concevoir et d’installer des technologies adaptées.

Dans ce cadre, la technologie SCR (réduction catalytique sélective), aujourd’hui largement utilisée, permet de réduire les oxydes d’azote (NOx). Elle nécessite l’utilisation d’un additif : l’AdBlue®.

Comment ça marche ?

L’AdBlue® est une solution liquide à base d’urée (substance présente dans l’urine). Lorsque la solution entre au contact d’un système d’échappement chaud, elle libère de l’ammoniac, et provoque une réaction chimique qui convertit les oxydes d’azote dangereux en deux produits inoffensifs : la vapeur d’eau et l’azote.

Comme le niveau de consommation d’AdBlue® est prédéfini par le fabricant de votre véhicule, il vous suffira de veiller à remplir le réservoir dédié, en cas d’alerte de niveau au tableau de bord. En effet, si le réservoir reste vide, la voiture risque de ne pas autoriser le démarrage afin d’éviter que vous rouliez en dépassant les normes d’émissions autorisées.

Quels véhicules utilisent L’AdBlue® ?

Les poids lourds – camions, autocars et autobus – utilisent la technologie SCR et l’AdBlue depuis 2004. La plupart des constructeurs de voitures particulières diesel les ont rejoints depuis.

Ce sont les dernières réglementations Euro VI de la Commission européenne sur les émissions qui sont à l’origine du développement de la technologie SCR en Europe. Le règlement Euro VI datant de 2014 exigeait en effet que les émissions d’oxydes d’azote soient réduites de 56% par rapport aux niveaux Euro V. Pour la plupart des moteurs diesel de cylindrée supérieure à 1600 cc, les technologies AdBlue®, et SCR étaient devenues indispensables. Voilà pourquoi la plupart des nouveaux moteurs diesels disposent désormais d’un réservoir d’AdBlue®.

Comment faire le plein d’Adblue® ?

Si, au cours des révisions techniques, votre concessionnaire doit veiller à vérifier tous les niveaux, y compris celui d’AdBlue®, il vous arrivera sans doute d’avoir à faire le plein entre les révisions

Mais pas d’inquiétude ! La diffusion d’AdBlue® est devenue large et il est facile de s’en procurer, que ce soit en station-service (en bidons, et dans certaines stations, à la pompe), chez votre concessionnaire, dans les centres autos, et même en hypermarchés, en bidons de 2 à 10 litres.
Vérifiez sur l’étiquette que le mélange eau-urée (AUS32) répond à la norme DIN 70070 et aux exigences ISO 22241.

L’AdBlue® acheté dans les stations-service peut être payé avec les cartes Carburant. Pour les véhicules d’entreprise, ce mode de paiement évite le traitement de notes de frais et intègre directement la dépense aux factures des pétroliers. La TVA n’est pas récupérable sur l’AdBlue®.

Il vous faudra ensuite localiser l’entrée du réservoir d’AdBlue®, qui peut se situer à côté du bouchon de réservoir diesel, sous le capot à l’avant, ou encore dans le coffre à l’arrière.
Vous verserez ensuite l’AdBlue® dans le réservoir dédié, dont le volume varie entre 8 et 25 litres.

Précaution à prendre, surtout si le bouchon de remplissage se trouve sous la trappe à carburant : ne jamais verser de gasoil dans l’orifice bleu et ne jamais verser d’AdBlue® dans le réservoir de carburant.

Enfin, en cas de projection sur les vêtements, la carrosserie ou sur la peau, il est recommandé de rincer abondamment à l’eau.

La norme Euro 6d temp, qui entre en vigueur en ce mois de septembre 2019 pour tous les véhicules neufs, durcira les obligations en matière d’émissions de NOx, et va générer une consommation accrue d’AdBlue® pour les véhicules diesel. En entreprise, il vous faudra informer les conducteurs de l’importance pour l’environnement – et pour vos véhicules – de veiller à maintenir le niveau d’AdBlue® de vos véhicules.

Laisser un commentaire